Synopsis

Du haut de ses treize ans, la jeune Maud s’occupe seule de sa mère, victime collatérale d’un monde sous menace militaire permanente. Sa rencontre impromptue avec Liéchi, un personnage haut en couleur, la transportera dans un monde fantasmagorique abritant une forêt luxuriante au coeur meurtri. Le mal qui consume ses entrailles s’étendant de jour en jour, Maud apparaît alors comme le dernier espoir d’un combat bien mal engagé...


Note de la Réalisatrice

Enfant, je me réfugiais souvent dans une bulle et je trouvais ce comportement étrange. En grandissant, je me suis rendue compte que ces périodes me permettaient surtout de me recentrer sur moi-même afin de trouver des solutions et d’avancer.

Liéchi est une histoire qui veut amener le spectateur à s’interroger sur ses possibilités, mais aussi sur ses rêves et ses décisions. Quelle que soit son histoire, chacun est un jour ou l’autre confronté au choix. Maud devient alors beaucoup plus qu’un simple personnage de fiction, elle incarne cette innocence enfantine ; celle vierge de l’influence des diktats de la société.

Ainsi, le film nous rappelle que le talent, le courage, la détermination ne sont pas des utopies et prennent vie grâce aux choix. A l’inverse, une absence de décision(s) peut nous rendre esclaves de nos propres peurs.
MAUD-2 (1)
 
 
MAUD-1 (1)

Note du Scénariste

Liéchi est un projet singulier, vecteur de l'imagination et vibrant témoignage des expériences de vie de sa créatrice. Cette oeuvre m'est chère pour un certain nombre de raisons.

Elle traite et met en parallèle deux notions indissociables bien souvent mises, à tord, en confrontation directe : celle de l'être à l'étape de l'enfance et celle à l'étape adulte. Le fait de voir évoluer une enfant à la lisière de l'adolescence dans un monde en guerre - d'ailleurs quoi de mieux pour symboliser le carcan de l'Homme adulte qu'une apothéose guerrière, amer fruit de ses nombreux paradoxes - offre des possibilités de réalisation et plus globalement d'écriture décuplées, surtout lorsque l'on s'autorise à badiner avec les largesses du genre Fantastique.
En somme, le monde fantasmagorique dans lequel la jeune Maud se rend apparaît légitime. Le fait de pouvoir s'amuser à détourer et à flouter les frontières entre la ville et la forêt (est-ce une projection issue du cerveau d'une enfant ou une réalité tangible ?) permet également d'apposer plusieurs sous-couches de lecture et de garder le spectateur en haleine.

Enfin, Pauline est une femme de caractère et de conviction dont la patte artistique se façonne de jour en jour et cela me donne envie de l'accompagner dans ses ambitions artistiques.